Territoires et haut débit : le blog des projets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Licences Wimax: 175 candidats déclarés, dont 67 collectivités territoriales

L’Arcep vient de publier la liste des lettres d’intentions qui lui sont parvenues au 17 octobre 2005 dans le cadre de la procédure relative à la délivrance de nouvelles autorisations pour le déploiement de réseaux de boucle locale radio.

La publication de cette liste constitue une étape préparatoire au bilan qui sera effectué sur la base des demandes qui seront déposées le 6 janvier 2006 et qui permettra alors de constater l’existence éventuelle d’une rareté avérée des fréquences dans la bande 3,4-3,6 GHz dans chaque région de France métropolitaine ainsi qu’en Guyane, à Mayotte et à Saint-Pierre et Miquelon.

Parmi les 175 candidats, notons la présence de 67 collectivités territoriales.

Prochaine étape : le 6 janvier 2006, date de dépôt des candidatures. Cette période doit permettre aux acteurs ayant fait acte de candidature d'étudier les différentes possibilités de mutualisation des fréquences.

Rappelons que depuis le rachat d'Altitude Telecom en septembre, le groupe Iliad, propriétaire du fournisseur d'accès à internet Free, est le seul opérateur disposant d'une licence nationale en France.

Dans un article du journal Libération plusieurs responsables territoriaux expriment leur irritation face à la procédure mise en oeuvre par l'Arcep, décrite comme "un mélange d'enchères et de concours de beauté qui les pénalise", "le montant de la redevance proposée pour la fréquence radio compte ainsi pour un tiers de la note. «Comment voulez-vous qu'on tienne secret ce chiffre-là, quand toutes nos délibérations sont publiques !» s'interroge Nicolas Chung, le responsable du dossier à l'Association des régions de France (ARF)".

Christian Paul, député PS de la Nièvre, vice-président de l'ARF, enfonce le clou : "C'est la première fois depuis deux siècles que l'Etat ne va pas mettre un euro dans le déploiement d'un réseau. Et il faudrait en plus lui payer les fréquences !"

Réponse ennuyée de l'Arcep : "On ne peut pas réserver une fréquence aux acteurs publics, parce que l'on doit les traiter comme des opérateurs télécoms maintenant qu'ils ont le droit eux aussi de construire des réseaux !"

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le lundi 24 octobre 2005 à 16:15, par Guiome :: email :: site

A part quelques régions qui ont déjà leurs réseau WiMAX géré par Altitude je ne comprends pas pourquoi toutes les régions n'ont pas répondu...

Deuxiemement je ne comprends pas pourquoi Conseil Généraux et Conseils Régionaux ne se sont pas entendu pour proposer une seule candidature par région ... En Bretagne le CR a répondu mais aussi les CG du finistère, des Cotes d'Armor et d'Ille et Vilaine ... Logiquement la région devrait récupérer une des 2 licences, et une entreprise l'autre .... Donc on peut imaginer que les candidatures des 3 CG sont faites pour la forme, histoire de donner de la crédibilité à la région en son entier... mais alors pourquoi la Conseil général du Morbihan n'a pas répondu ??? ... Là il y a des stratégies qui m'échappent !! ...


Il est bien sur tout a fait inimaginable que le fait que le CG du Morbihan soit à droite face et les 3 autres a gauche ait joué dans ce non choix.... Hein, dites????


Si quelqu'un a une explication, une théorie ca m'intéresse! ;-)


Bref on se demande bien ce que tout ca va donner? En tout cas dans le cadre du projet AlterMed (cf la catégorie altermed www.openfing.org/technosa... ) et même dans un cadre plus général il nous parait primordial que la région Bretagne récupère un des 2 licences, ne serait que pour amener le haut-débit par Faisceaux Hertziens sur les nombreuses iles bretonnes. Croisons les doigts!

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.